L'enfant d'octobre L'ouvrage:
Philippe Besson reconstitue ici une affaire qui fit beaucoup de bruit, et fit couler beaucoup d'encre. Cette affaire est non résolue à ce jour. Elle a commencé en octobre 1984. C'est l'affaire Grégory Villemin.

L'auteur commence par nous raconter la rencontre des parents de Grégory, Christine Blaise et Jean-Marie Villemin.
Ensuite, il raconte leur histoire, les dissensions existantes dans la famille Villemin, le mariage, la naissance de Grégory, le harcèlement du corbeau, etc.

Critique:
J'ai lu ce livre en audio, comme d'habitude. La version audio a été publiée par les éditions Lire dans le noir. L'avantage de cette version est qu'à la fin, il y a une interview de l'auteur. Il y précise bien que ce livre est un roman dans lequel il essaie de reconstituer l'affaire. Il expose les faits, les hypothèses.
Outre le narrateur, il fait s'exprimer Christine Villemin. Elle décrit son amour pour son fils, sa détresse face au harcèlement, puis face au meurtre de l'enfant, puis face à son accusation. Bien sûr, c'est Philippe Besson qui a imaginé tout cela. Au début, je pensais qu'il avait retrouvé des interviews et qu'il en insérait des extraits dans le livre. En fait, il n'en n'est rien. Il s'est mis à la place de Christine Villemin, ce qui fait de ce livre un roman. L'auteur part du postulat que Christine Villemin est innocente. Il croit dur comme fer en son innocence.
N'ayant pas trop suivi l'affaire lors de son déroulement, (j'étais trop jeune), je n'avais pas vraiment d'a priori quant à l'innocence ou à la culpabilité de cette femme. Philippe Besson explique que lors des faits, la presse s'acharnait sur les accusés, que ce soit Christine Villemin ou Bernard Laroche. Cet acharnement a fait que l'opinion publique les a suivis, et que la majorité des gens croyait en la culpabilité de la mère de Grégory. Je n'ai pas lu des tonnes d'articles, et je lis cet ouvrage longtemps après les faits. L'auteur explique que les personnes qui lisent "L'enfant d'octobre" se mettent à la place de cette mère accusée d'avoir assassiné son enfant, ressentent la détresse que Philippe Besson a voulu exprimer, et croient en l'innocence de cette mère. Outre son empathie, Philippe Besson évoque un fait qui tendrait à prouver l'innocence de Christine Villemin: ce sont les parents de Grégory qui ont demandé une analyse d'ADN d'après une des lettres du corbeau. Une personne innocente n'aurait pas réclamé cette expertise.
Aux lecteurs de juger.

Le livre n'est pas racoleur, il est sobre. Il relate les faits, et évoque les hypothèses émises. Il n'est pas absolument neutre, puisqu'il prend parti pour la mère de Grégory, mais il examine quand même toutes les hypothèses. L'auteur laisse le lecteur se faire sa propre opinion, tout en défendant la sienne. Ce roman est à lire. D'abord pour ne pas oublier cette affaire, et ensuite pour que ceux qui ne l'ont pas trop suivie, comme moi, puissent en savoir plus.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par l'auteur pour les éditions Lire dans le noir

Acheter « L'enfant d'octobre » sur Amazon