L'astragale L'ouvrage:
Anne est en prison. Normalement, elle doit faire sept ans. Un jour, elle décide de tenter de s'évader. Elle saute.
Elle ne se fracasse pas sur le sol, non. Elle y arrive entière. Mais elle se casse un os de la cheville.
C'est ainsi qu'elle rencontre Julien. Lui aussi est mêlé au monde des truands, mais on ne sait pas bien à quel point.

Anne sera ballottée de planque en planque. Elle arrivera à se faire opérer, malgré le fait que sa photo soit placardée un peu partout. Elle va recommencer à mener une vie normale. Elle est amoureuse, elle brise des coeurs... Elle fera aussi le tapin pour amasser du fric qu'elle dépensera avec celui qu'elle aime.

Critique:
"L'astragale" fait partie des premiers livres pour adultes que j'ai lus. C'est pour cela qu'il reste l'un de mes préférés. C'est là que j'ai appris mes premiers mots d'argot, par exemple.
On y apprend aussi beaucoup sur l'univers carcéral, l'univers des voyous...

D'après ce que j'ai compris, Albertine Sarrazin s'est largement inspirée de son propre passé pour écrire ce roman. Je l'ai quand même classé dans "romans" parce que je ne sais pas quelle part y prend l'autobiographie.

Le roman se lit bien. On suit Anne dans ses planques, on a peur pour elle, elle nous énerve parfois.
On suit aussi avec intérêt les personnages qu'elle nous présente: Annie, l'ancienne prostituée reconvertie dans la cravate; Jean, l'amoureux transi, et bien d'autres...

Il y a une part de mystère, d'ombre, un peu agaçante. On ne sait pas exactement pour quel motif Anne est en prison. On soupçonne que c'est parce qu'elle se prostituait, et volait peut-être.
On ne sait rien sur le passé d'Anne, ce qui la rend un peu inconsistante.
On ne sait pas comment arrive ce qui arrive à la fin. Cette fin m'a toujours interpelée. Rien n'est expliqué, alors, on aurait tendance à conclure que... Mais pourquoi? Et si notre conclusion est fausse, que s'est-il exactement passé? La fin remet certaines choses en question, et elle est assez frustrante. Pourtant, elle était prévisible.

Le style est léger: c'est de l'argot, des tournures familières qui vont bien au monde d'Anne et de Julien.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par plusieurs comédiens: Christiane Deïs, Georges Béjean, Ali-Jélali Bousinat, Claire Truche, et deux autres comédiens dont j'ignore les noms.

Acheter « L'astragale » sur Amazon