Guerre et paix T4

L'ouvrage:
Les combats continuent. Certains personnages dont nous avons suivi l'évolution s'y trouvent à nouveau impliqués.

Critique:
Tout comme la troisième partie, ce dernier pan de «Guerre et paix» est davantage axé sur la campagne de Russie. Tolstoï montre surtout les hommes qui vont au combat. S'il ya encore des passages ayant trait au point de vue des dirigeants, nous partageons surtout le quotidien des soldats. Ce quotidien que, selon Tolstoï, les historiens dédaignent trop facilement. Ce quotidien qui montre d'autant mieux l'absurdité des guerres. Des circonstances, des effets de groupes, poussent certains à mal agir... Des personnages que nous côtoyons depuis le début sortent grandis de cela. Je pense surtout à Pierre, qui était déjà un personnage ouvert, mais qui ne se rendait pas compte de tout ce qui se passait autour de lui, se laissait submerger par son manque de confiance en lui, etc. Ce qu'il vit lui fait faire la part des choses, lui donne de l'assurance tout en accroissant son humilité.

Petia, que nous avions, jusque-là connu dans le cocon protecteur de sa famille, se confronte volontairement aux combats. Je n'ai pas trop aimé son attitude. Il voulait absolument se battre, ne prenant pas la mesure de ce qu'il risquait, un peu comme son frère dans la première partie. Bien sûr, il était patriote, et voulait participer à l'Histoire, mais il me paraissait un peu fanfaron...

J'ai souri parce que cette partie s'ouvre, à l'instar de la première, sur une soirée chez Anna Pavlovna, soirée pendant laquelle on cancane joyeusement. C'est amusant, mais également assez perturbant, parce que ces gens sont si peu empathiques qu'ils ne peuvent imaginer ce qu'est la guerre.

Du côté de ceux qui ne guerroient pas, on assiste à ce que j'appelle une «alliance inattendue». Deux personnages qui ne s'appréciaient pas vraiment, à cause de malentendus et d'incompréhensions, finissent par apprendre à mieux se connaître parce qu'un événement les réunit. Je n'aurais pas cru ce rapprochement possible, surtout parce que les caractères de ces deux femmes sont opposés.

Ayant parlé de Nicolas dans les trois chroniques précédentes, je dois donner mon opinion sur lui après avoir fini le roman. Il m'a encore agacée, mais son évolution est positive.

Je ne sais pas trop quoi penser de Sonia. Devant reconnaissance aux Rostov, elle n'est pas vraiment libre de ses mouvements. Étant humble, ne pouvant se résoudre à se révolter, acceptant même d'être prise en grippe par la comtesse, elle paraît à la fois courageuse et insipide. Son abnégation est compréhensible, mais elle exaspère. Certains auront peut-être envie de la secouer. Pour moi, la compassion l'a emporté, d'autant plus qu'il faut replacer les choses dans leur contexte.

Le roman est émaillé d'incursions de l'auteur qui donne son opinion, pas seulement sur les médecins (pour reprendre l'exemple donné dans ma chronique de la troisième partie), mais aussi sur les raisons pour lesquelles tels événements arrivent, sur les personnages historiques, le libre arbitre, la part que chacun prend à tel ou tel événement, etc. Si ces «pensées» m'ont plu, j'ai eu davantage de mal à me concentrer dessus que lorsque je retrouvais les personnages. La deuxième partie de l'épilogue est uniquement constituée de ces considérations.

J'ai aimé que la première partie de l'épilogue nous dise ce que deviennent les personnages. L'auteur l'explique, et prend le temps de décrire leur vie.

D'après Wikipédia, il y aurait eu plusieurs versions de ce roman. Si c'est vrai, je serais curieuse de connaître les différences entre chacune. En tout cas, ce roman mêlant l'Histoire à la vie de la Russie (plusieurs classes sociales sont évoquées), et abordant divers thèmes de façons variées, le tout en un style recherché, est assurément le portrait d'une époque, tout en étant actuel.

Service presse des éditions Sixtrid.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Éric Herson-Macarel.
Le roman est structuré en chapitres et sous-chapitres. L'éditeur audio a respecté la structure, mais les numéros des chapitres et des sous-chapitres ne sont pas annoncés. Le dernier sous-chapitre de chaque chapitre se termine par une musique. Cet éditeur a toujours fait ainsi. En bonne maniaque, je ne comprends pas trop pourquoi il a choisi de ne pas dire les numéros des chapitres. D'autre part, au début du livre 1, la première partie et son titre sont donnés. Par la suite, les parties ne sont pas annoncées. Je trouve dommage qu'elles ne l'aient pas été. Si l'éditeur préférait ne pas les annoncer, pourquoi indiquer la première?...

Acheter « Guerre et paix T4 » en téléchargement audio sur Amazon