Romans et documentaires humoristiques

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, 22 mai 2017

Dear girls above me, de Charlie McDowell.

Dear girls above me

L'ouvrage:
Charlie entend tout ce que disent et font ses voisines du dessus, Claire et Cathy, un peu plus de la vingtaine. Cela l'agace. Cependant, il ne peut pas y faire grand-chose. Étrangement, elles n'entendent rien de ce qui se passe chez lui: il leur a déjà hurlé de faire moins de bruit, et elles n'ont pas bronché. Ne pouvant les faire taire, il se met à les écouter. Il se désole tant de la stupidité de la plupart de leurs remarques, qu'il a l'idée d'en faire profiter les gens en les publiant sur Twitter et en les commentant.

Critique:
Ce livre serait basé sur une histoire vraie. Charlie McDowell a un blog où sont publiés les commentaires de ses voisines avec ses réponses. Je ne sais pas s'il a inventé ces jeunes filles ou si ce sont réellement ses voisines, mais ça n'a pas d'importance. Ce qui compte, c'est que ce livre m'a plusieurs fois fait éclater de rire. Il y a les remarques de Claire et Cathy, mais également des scènes amusantes. Par exemple, l'inaptitude chronique des deux jeunes femmes à reconnaître Charlie. Pour parler d'une scène drôle en particulier, il y a celle du jeu du texto dans lequel Charlie se laisse entraîner dès sa première visite à ses «chères voisines». Quelqu'un choisit une phrase que le joueur doit envoyer par SMS. Ensuite, le joueur parcourt sa liste de contacts, et s'arrête lorsque la personne qui a choisi la phrase dit «stop». Je vous laisse imaginer ce que cela donne... Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres. Que dire de ce que j'appelle «la guerre de l'eau», du mémorable épisode de la préparation d'un plat en simultané, etc?

L'humour est parfois lourd. Par exemple, le fait que Charlie soit obligé de hurler d'une voix suraiguë pour s'adresser à son chien (Marvin) et l'explication qu'il donne à cela. En audio, c'est quand même drôle, parce que le lecteur est obligé de prendre cette voix suraiguë. Kirby Heyborne s'en tire très bien.
De plus, certaines remarques des filles sont tellement stupides (tout comme leur compréhension des chansons qu'elles écoutent) qu'on a du mal à croire en leur réalisme. C'est contrebalancé par les fous rires qu'elles occasionnent.
Charlie exagère lorsqu'il énonce avec certitude des clichés sur les filles en se basant sur ses voisines, mais juste après, son attitude illustre un cliché sur les hommes, voire un cliché sur les filles. ;-)
Il faut prendre ce livre pour ce qu'il est: une bonne partie de rire! Je ne pense pas que l'auteur souhaite offenser qui que ce soit, il veut faire rire. D'ailleurs, il se moque beaucoup de lui-même dans ces pages, et nous invite à en faire autant.

Sous le rire, se cache quelque chose de plus grave. Charlie ne s'en aperçoit qu'à la fin, mais entendre les conversations de ses voisines influence son comportement. Il va cesser de stagner, va évoluer, se remettre en question sur certains points...

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Kirby Heyborne pour les éditions Random house audio.
Je pense qu'il vaut mieux écouter ce texte, pas seulement pour la voix suraiguë que doit prendre le lecteur lorsque Charlie s'adresse à Marvin. Parfois, il y a des comiques de répétition qui passent bien mieux en audio, à mon avis. Par exemple, lorsque Charlie explique que les filles ont «the best idea everrrrrr!» toutes les heures. Cela n'a pas dû être simple à lire à voix haute, car il y a d'autres effets, certaines façons de parler... Kirby Heyborne s'en tire très bien. C'est un lecteur que j'apprécie, et je n'ai pas été déçue par sa prestation.

Partage

36 lectures

lundi, 30 janvier 2017

Re-Vive l'empereur!, de Romain Puértolas.

Re-vive l'empereur

L'ouvrage:
Un pêcheur norvégien attrape deux corps pris dans les glaces: celui de Napoléon Bonaparte et de son cheval, le Vizir. Les glaces les ont conservés vivants. La première surprise passée, le pêcheur alerte des experts de Napoléon. L'un d'eux, le professeur Bartoli vient chercher l'empereur pour l'amener en Corse, afin qu'il y prenne sa retraite. Cependant, Napoléon entend parler du terrorisme. Il se dit qu'il est de son devoir d'aider la France à lutter contre ce fléau.

Critique:
Je n'ai pas aimé (je n'ai pas pu le finir) «L'extraordinaire voyage du fakir (...)» et n'ai pas voulu tenter «La petite fille (...)». J'ai voulu essayer ce roman parce que j'aime beaucoup le lecteur qui l'a enregistré, et parce que le style de scénario m'a rappelé «Il est de retour», de Timur Vermes. En effet, on retrouve le décalage: un homme découvre une époque totalement différente de la sienne. Napoléon s'adapte assez bien, et évidemment, certains quiproquos dus à ce décalage font sourire. Par exemple, l'empereur ne comprend pas comment sa Ferrari peut contenir plusieurs chevaux dans son moteur... Il appelle le Coca Light le champagne noir, etc. Ceci n'est qu'une infime partie des drôleries du roman. Certaines choses sont parfois un peu lourdes (comme la répétition d'une espèce de sentence qui veut que les fous ne comprennent pas les blagues), mais cela ne m'a pas trop gênée, car globalement, le livre m'a plu. En outre, le pari n'était pas facile à relever. Cela aurait pu devenir du grand n'importe quoi.

Dans ce roman, l'auteur aborde la question du terrorisme. Thème assez délicat. Pour moi, il s'en tire bien. Il rappelle diverses atrocités humaines commises. Napoléon lui-même se souvient de massacres qu'il perpétra en se disant qu'ils étaient nécessaires au bien commun, et décide d'aborder les choses sous un autre angle, allant plus loin dans le raisonnement, pensant différemment. Chacun appréciera ou non le plan imaginé par notre héros pour débarrasser le monde du terrorisme. S'il paraît gros à certains, il ne faut pas oublier que ce roman est avant tout drôle.
L'auteur montre aussi les différents points de vue de gens qui sont un peu perdus, et ne savent plus à quel saint se vouer, se demandent pour qui ils vont voter, et en viennent à envisager des extrêmes pour que les choses bougent. Je pense que l'auteur évoque assez bien tout cela: les interrogations des gens, les différentes façons de voir de tous, etc.

On s'attache aux personnages, et on s'identifie facilement à eux.

Je suis contente d'avoir redonné une chance à l'auteur, car ce roman m'a fait rire tout en me faisant réfléchir.

Éditeur: Le Dilettante.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Yves Vanmeenen pour la Ligue Braille.

Acheter « Re-vive l'empereur » sur Amazon

Partage

190 lectures

jeudi, 27 octobre 2016

Comment se débarrasser d'un ado d'appartement, d'Anne de Rancourt.

Comment se débarrasser d'un ado d'appartement

L'ouvrage:
L'ado pénible a plus de vingt ans, il est devenu un adulescent. Il a gardé certains de ses défauts d'ado et larve sur le canapé sans chercher un travail, et donc ne songe pas à déménager. Voici comment s'en débarrasser.

Critique:
Ce petit livre est, comme son prédécesseur, placé sous le signe de l'humour. Là encore, on peut trouver que l'auteur en fait trop, mais ce qu'elle dit est pourtant vrai.

Elle donne donc des conseils pour faire fuir l'adulescent, et le forcer à se prendre en main. Au départ, les conseils sont amusants, car on imagine très bien les scènes, notamment celles où la mère fait honte à son adulescent, qu'il soit seul ou avec des amis. Ensuite, Anne de Rancourt passe à la vitesse supérieure, et tout en reconnaissant qu'elle est une horrible personne, donne des idées aussi insolites que perfides, idées qui ont ravi mon esprit sadique. Il y en a une que j'ai promis à mes élèves de mettre en oeuvre sur eux s'ils continuaient à ne pas être attentifs et à ne mas apprendre leurs leçons: équiper les chaises d'un appareil qui envoie des décharges électriques. Pour donner quelques autres exemples, inverser le chauffage pour qu'il fasse très chaud en été et très froid en hiver dans la chambre de l'adulescent, profiter d'une absence prolongée de l'adulescent pour déménager, etc.

Un passage est un peu plus sérieux (tout en restant amusant): celui où elle explique la différence entre les générations. Elle dit entre autres qu'avant, c'était plus sévère, mais peut-être mieux. En effet, il est plus difficile, à notre époque, de trouver un travail, mais encore faut-il le chercher. Pour dédramatiser un peu (c'est le but de ce petit livre, comme c'était celui du précédent), Anne de Rancourt imagine des emplois à proposer aux jeunes. Exemples: hurleur dans les oreilles: «Il faut chercher un travail!», dresseur de couvert, faiseur de courses (en ne pensant pas uniquement à soi), etc.

L'auteur n'oublie pas d'évoquer ce qui arrive lorsque l'adulescent se décide à quitter le nid. Là encore, c'est criant de vérité et de drôlerie.

Comme dans le livre précédent, il y a, çà et là, des citations amusantes d'adolescents. À la fin, il y a des témoignages, puis des conseils d'adulescents pour calmer les parents qui répètent toujours qu'il faut chercher du travail.

Remarque annexe:
J'aime beaucoup la conversation entre geeks.

Éditeur: J'ai lu.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Clélia Strambo pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Comment se débarrasser d'un ado d'appartement » sur Amazon

Partage

346 lectures

lundi, 24 octobre 2016

Comment élever un ado d'appartement, d'Anne de Rancourt.

Comment élever un ado d'appartement

L'ouvrage:
Petit guide à l'usage des parents d'ados d'appartement.

Critique:
En général, l'attitude pénible de certains adolescents exaspère leur entourage (hormis les autres adolescents). Rien que pour cela, il est intéressant de lire ce petit ouvrage. En effet, tout les travers des adolescents y sont exposés avec humour. Cela aide beaucoup à dédramatiser! En outre, si les lecteurs reconnaissent leurs enfants dans ce qu'expose Anne de Rancourt, ils se sentiront soudain moins seuls.
Je n'ai pas d'enfants, mais je connais bien l'ado, car je le côtoie très souvent dans mon métier. Je sais donc que ce qu'on trouve dans ce livre est vrai. Par exemple, j'ai déjà eu droit à des remarques de mauvaise foi du genre: «Bah on me comprend, donc pourquoi je me fatiguerais à écrire et à parler comme vous voulez?»

J'ai bien conscience que cet ouvrage peut paraître cliché, car il réunit tous les défauts d'un adolescent. Ce n'est pas grave parce que l'ambition de l'auteur est le rire. Elle y parvient par plusieurs moyens. Son «guide» est rédigé comme un magazine, avec des «le saviez-vous» et des«conseils».
D'autre part, l'adolescent est abordé comme une étrange créature qui tient de l'animal de compagnie et dont il faut comprendre le comportement afin de réagir au mieux. Pour ne donner qu'un exemple, l'auteur nous explique qu'il est possible d'apprendre à l'ado à parler. Les phrases doivent être courtes, souvent répétées, et bien articulées. On parviendra, avec persévérance, à faire dire à l'ado des mots comme «s'il te plaît» ou «bonjour».
L'ouvrage étant placé sous le signe de l'humour, il y a quelques lourdeurs. Par exemple, la récurrence des brocolis. Cependant, je pardonne ces lourdeurs à l'auteur, car son livre est amusant et bien pensé.

J'ai particulièrement aimé qu'Anne de Rancourt égratigne la psychologie de bas étages qui ne cesse de répéter qu'il ne faut pas punir un enfant ou un adolescent.

Chaque chapitre évoque un aspect de l'ado: son comportement, son territoire, ses distractions, sa vie dehors, etc. Le dernier chapitre est consacré à des questions de parents et aux réponses (toujours drôles) apportées par l'auteur.

Remarque annexe:
Il y a un clin d'oeil amusant: les ados qui servent d'exemple dénigrent l'allemand tant qu'ils peuvent. Anne de Rancourt est professeur d'allemand.

Éditeur: J'ai lu.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Claire Philippe pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Comment élever un ado d'appartement » sur Amazon

Partage

314 lectures

lundi, 15 février 2016

Le grand n'importe quoi, de J. M. Erre.

Le grand n'importe quoi

L'ouvrage:
Village de Gourdiflot-le-Bombé, 7 juin 2042, 20h42. Après avoir été jeté hors de la fête d'anniversaire de Patrick, Arthur n'a d'autres solutions que de parcourir le village en attendant que sa petite amie (si elle l'est toujours) sorte de la soirée, car c'est elle qui a les clés de la voiture. À mesure de ses pérégrinations, il se rend compte que quelque chose ne va pas...

Critique:
Quelle joie pour moi de retrouver le style si particulier de J. M. Erre. En effet, dans ce roman, si l'intrigue compte, elle ne serait pas grand-chose sans ce style qui caractérise cet auteur, et qui le rend unique. Chaque phrase est une note d'humour. L'humour n'est pas le même partout. Il peut être très lourd comme très subtil. Comment ne pas rire lorsque le romancier met en évidence certaines références culturelles? Par exemple, lorsqu'il précise qu'un personnage, dont on aimerait bien qu'il se taise, continue «d'ouvrir son large bec»? Bien sûr, il n'est pas possible de reconnaître toutes les références (littéraires, musicales, télévisuelles) dont regorge ce roman (comme les autres romans de J. M. Erre), mais cela n'est pas grave, car elles s'insèrent parfaitement dans le propos et l'intrigue. Rien que cela, c'est un tour de force! Si J. M. Erre s'amuse à de faciles facéties (comme l'insertion des sirènes du port d'Alexandrie, ou des comparaisons fantaisistes), il nous propose également des phrases du genre: «(...) puis il prit en même temps une bouteille et un air menaçant. Face au danger du zeugma, Arthur ne put que s'incliner.» Le zeugma (procédé qui consiste à associer deux termes qui ne vont pas forcément ensemble grâce à un verbe, donnant un résultat souvent amusant) est une de mes figures de style favorites. Il me semble en avoir trouvé dans d'autres romans de J. M. Erre, ce qui me fait penser que lui aussi doit affectionner la loufoquerie provoquée par le zeugma.
Tout cela pour dire que sous des dehors faciles, le style de l'auteur est travaillé. Je le précise ici car j'ai lu une chronique d'une personne n'ayant pas aimé ce roman, et disant qu'elle était sûre de pouvoir faire mieux. Quant à moi, je suis admirative devant un style toujours aussi vivant et n'étant simple qu'en apparence.

Il est une scène qui m'a semblé très cinématographique: celle où Arthur, sur son ridicule petit vélo rouillé, poursuit Lucas qui tente de le retarder en lui envoyant... des poubelles. J'ai très bien imaginé cette scène en la lisant.

J. M. Erre use du cliché pour mieux le démonter. Par exemple, il parle d'un manuscrit trouvé (cliché du roman qu'on veut rendre crédible), des déboires de l'écrivain en manque d'inspiration (ce qui lui permet de faire de l'auto-dérision), des lieux communs concernant la science-fiction, des histoires d'amour niaises qui naissent en un claquement de doigts (niaiserie contrebalancée ici par les remarques de Philippe-José), etc. Avec pertinence et minutie, il détourne les codes, et parvient à faire rire en parodiant (entre autres) une scène pornographique.

Au milieu de tout cela, il glisse de petites phrases quant à l'homme en général, et ce que pourrait être notre société en 2042, si nous continuions comme maintenant. J'ai trouvé ces petites réflexions très bien pensées. En voici un exemple: «Car l'esprit humain, parmi tant d'extraordinaires facultés, en possède deux particulièrement fascinantes: la capacité à gober n'importe quoi et l'auto-satisfaction.»

Ce roman est un hommage à la série «Le guide du routard galactique», de Douglas Adams. Outre les allusions inratables pour quelqu'un qui connaît (Arthur, 42, les titres du tome 2 et 3 répétés, etc), la construction, certains événements, le caractère d'Arthur, et sûrement d'autres choses que je n'ai pas vues, rappellent cette série. L'hommage ne fait pas de ce roman une espèce de répétition de la série sus-citée, et c'en est une autre force. À trop vouloir rendre hommage, J. M. Erre aurait pu tomber dans l'excès, et son roman aurait pu être par trop ressemblant. Or, il n'en est rien. J'ai beaucoup apprécié cela. En bonne pinailleuse, je regrette que l'auteur se soit référé à la seconde traduction qui, pour moi, est un peu fade, puisqu'elle ne garde pas les noms comme Ford Escort et Zappy Bibicy. Certes, la seconde traduction reprend les noms originaux, et est donc plus fidèle, mais je pense qu'ici, la première est plus fidèle à l'esprit déjanté de la série (du moins concernant les noms). J. M. Erre n'a, heureusement parlé que du titre. Il évite Ford Escort et Zappy Bibicy, ainsi, il n'a pas à «choisir».

Semant un semblant de chaos (comme l'indique le titre du roman), l'écrivain maîtrise ses personnages, ses allusions humoristiques à telle ou telle chose, et l'aboutissement de son intrigue. Il sait où il va.
L'intrigue est, pour moi, un peu facile, moins prenante que celle de «Série Z» ou «Le mystère Sherlock», mais l'humour fait que j'ai volontiers pardonné cela à l'auteur.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été envoyé par les éditions Buchet-Chastel.

Acheter « Le grand n'importe quoi » sur Amazon

Partage

1699 lectures

- page 1 de 12