dimanche, 1 avril 2012

*Jodi Picoult.

Voici une bibliographie de Jodi Picoult avec les titres français quand ils existent.

Songs of the humpback whale, 1992.

Harvesting the heart, 1993.

Picture perfect, 1995.

Mercy, 1996.

The pact, 1998. (Le pacte.)

Keeping faith, 1999.

Plain truth, 2000. (La pure vérité.)

Salem falls, 2001. (Le cercle de Salem.)

Perfect match, 2002. (Pour que justice soit faite.)

Second glance, 2003.

My sister's keeper, 2004. (Ma vie pour la tienne.)

Vanishing acts, 2005. (Le rideau déchiré.)

The tenth circle, 2006. (La couleur de la neige.)

Nineteen minutes, 2007.

Change of heart, 2008.

Handle with care, 2009.

House rules, 2010.

Sing you home, 2011.

Over the moon, 2011.

Lone wolf, 2012.

Between the lines, 2012 (livre pour enfants co-écrit avec sa fille).

Partage

2605 lectures

lundi, 25 juillet 2005

Virginia Cleo Andrews.

Virginia Cleo Andrews (également connue comme Virginia C. Andrews, ou Virginia Andrews, ou VC Andrews, ou VCA), a une histoire mystérieuse, dont on pourrait se demander si elle est vraie, ou si elle a été montée de toutes pièces, ou même inventée en partie, afin que l'auteur de romans si impressionnants ait, elle aussi, une histoire impressionnante. Selon certaines informations trouvées sur divers sites, elle aurait écrit son premier roman dans les années 70, mais il n'aurait jamais été publié. Elle aurait ensuite écrit 20 nouvelles qu'elle n'aurait jamais voulu publier, sauf une. Ensuite, elle aurait écrit sa première saga: "Fleurs captives" (excepté le tome 5), puis elle aurait commencé à écrire "La saga de Heaven" (les deux premiers tomes), puis un roman qui ne comporte pas de suite: "Ma douce Audrina", avant de mourir, le 19 décembre 1986.

On peut également lire sur le net que sa mère n'était pas très aimante envers sa fille, d'autant qu'elle l'aurait confinée toute sa vie. Virginia aurait donc comblé son manque affectif dû à la froideur de sa mère et à la disparition de son père en s'enfermant dans le monde des livres, ce que sa mère réprouvait. A sa mort, elle aurait laissé énormément de plans de livres, et sa famille aurait demandé à Andrew Neiderman d'écrire ces livres. Certains disent que les livres écrits par Neiderman sont moins bien que ceux écrits par Virginia elle-même. Pour avoir lu "Fleurs captives" et "La famille Logan" (ce dernier étant écrit par Neiderman), je confirme que "La famille Logan" est beaucoup moins poignant, marquant, percutant, saisissant que "Fleurs captives". Cela ne veut pas dire que ce n'est pas la même personne qui les a écrits. On a peut-être enveloppé Virginia de mystères pour faire sensation, encore une fois, pour exciter l'esprit voyeur du lecteur. Surtout qu'il paraît que Virginia, à la suite d'une chute dans les escaliers lorsqu'elle était adolescente, (ou après avoir eu la poliomyélite, (on lit les deux versions sur le net)), passa le reste de sa vie en fauteuil roulant, ce qui expliquerait qu'on l'ait rarement vue, et qu'elle n'ait jamais accordé d'interviews. Oui, mais cela entoure encore l'écrivain de mystères. Si "Fleurs captives" et "La saga de Heaven" sont mieux, c'est peut-être tout simplement parce que ce sont les premiers qu'elle a écrits, et que souvent, les premiers livres de certains auteurs sont mieux que les suivants. De plus, si un auteur a du succès et un public acquis, il ne fait plus que des livres bâclés. Je serais tentée de mettre en doute la véracité de cette histoire. Je serais tentée de dire que Virginia Cleo Andrews est un personnage créé, ou du moins, son histoire. En effet, sa vie contient les ingrédients propres à toucher le lecteur. Elle ressemble presque à ses héroïnes.

De plus, personne n'est d'accord sur sa date de naissance (6 juin 1923 ou 24, 6 mars 1918), et il paraît (encore selon un site) qu'il n'y a aucune trace de sa mort sur les registres de la ville où elle vivait, en Virginie. Elle a peut-être écrit sous un pseudonyme (d'où l'absence de son nom sur les registres), mais dans ce cas, elle aurait pris un pseudonyme d'homme, car à l'époque où elle commença à publier, il semblerait qu'elle ait dû signer VC Andrews, car la société ne concevait pas que de tels livres soient écrits par une femme. Il est donc possible que son histoire soit fausse, et qu'elle soit toujours vivante, et écrive ses sagas et ses mini-séries. Il est également possible qu'Andrew Neiderman en soit l'auteur depuis le début (d'ailleurs, Andrew (son prénom) ressemble au nom Andrews), et que Virginia Andrews ne soit qu'un de ses pseudonymes. C'est vraisemblable, étant donné qu'il écrit des livres fantastiques sous le nom Andrew Neiderman. Un auteur de fantastique ne peut pas écrire des livres du genre de ceux de Virginia Andrews sous son pseudonyme d'auteur de fantastique. Attention, je ne dis pas que tout ce qui se lit sur Virginia Cleo Andrews est faux. Je dis qu'on peut le mettre en doute, et j'apporte des arguments qui étayeraient cette théorie.

Les sagas de Virginia comportent presque toujours 5 tomes (les plus récentes dévient un peu des traditionnels 5 tomes par saga). Elles sont un peu construites sur le même modèle, avec des thèmes récurrents. A force d'être récurrent, cela peut devenir insipide. N'ayant lu que deux sagas, je ne peux pas trop en parler, mais j'ai lu les résumés des autres livres afin de constituer ma bibliographie, et certaines choses sont un peu répétitives. Le thème de l'inceste revient souvent: le frère et la soeur s'aiment. Après, il y a des variantes: ils peuvent se croire frère et soeur (ou cousin et cousine), et s'aimer, mais découvrir qu'ils n'ont aucun lien de famille. Il y a toujours des liens familiaux compliqués, de terribles secrets qui rendent les grands-parents des héroïnes acariâtres et méchants... Souvent, l'héroïne est élevée par une famille pauvre et aimante, puis elle découvre qu'elle fait partie d'une riche famille, en fait.

Bref, ce sont des sagas contenant tous les ingrédients qui accrocheront le lecteur. Cela peut faire penser à du Barbara Cartland ou à du Danielle Steel, mais je crois vraiment que ces deux auteurs sont de petites joueuses à côté de Virginia. Même si les sagas de Virginia me semblent répétitives, j'aimerais les lire toutes, car elles ont quand même l'air d'être mieux construites, et plus riches que du Steel ou du Cartland, ce qui n'est pas difficile, je vous l'accorde. Je rapprocherais plus Virginia d'Alison Mac Leay, ou de Belva Plain, ou de Rosamunde Pilcher, ou de Colleen Maccullough, ou d'Elizabeth Walker, par exemple, avec un peu plus de spectaculaire chez Virginia... C'est le genre qu'on lit en se moquant un peu du résumé, mais qu'on dévore par la suite, parce qu'on veut savoir la fin.
Les sagas de Virginia présentent une particularité assez déroutante lorsqu'on n'est pas prévenu. Le tome 5 raconte toujours les origines de la famille dont on vient de suivre les aventures.

Pour "La famille Logan", c'est même le tome 4 et le tome 5 qui racontent les origines de la famille, le tome 5 racontant le début, et le tome 4 la suite. Ensuite, on arrive à ce qui se passe dans le tome 1. Pour "La famille de Beers", c'est encore plus compliqué. Donc, quand on est maniac (comme moi), on peut choisir de commencer par les origines de la famille. D'ailleurs, je pense qu'il vaut mieux, même si certains fans m'ont dit qu'ils préféraient suivre la chronologie choisie par l'auteur. En effet, je pense qu'après avoir découvert les personnages principaux, puis leurs enfants, on s'ennuie un peu à revenir sur l'histoire des grands-parents, et à lire des choses qu'on a plus ou moins devinées à la lecture des autres tomes. De plus, personnellement, je préfère connaître les origines des secrets et des rejets de certains personnages avant la fin. Je trouve que lire les origines après la fin, ça fait un peu réchauffé, et c'est moins palpitant.
Je pensais que c'était évident, et certains fans sont d'accord avec moi, même s'ils préfèrent lire le tome 5 en dernier. Mais d'autres sont carrément indignés que j'ose préférer lire les sagas dans l'ordre chronologique familial. L'un d'eux m'a presque traitée d'andouille sans aucun sens commun. Vous pouvez me dire comment vous préférez les lire.

Virginia écrit aussi des mini-séries: "Les orphelines", "Les fleurs sauvages", "Les étoiles filantes"... Il y en a moins que des sagas, et le modèle n'est pas le même. N'ayant lu que des quatrièmes de couverture, je ne peux que supposer le modèle des mini-séries. D'après ce que j'ai compris, nous découvrons quatre filles qui sont un peu dans la même situation (les orphelines ont été adoptées et maltraitées; les fleurs sauvages font une thérapie de groupe; les Etoiles Filantes ont une passion comme la danse ou le chant...), et les quatre premiers livres racontent la vie des quatre héroïnes. Ensuite, le tome 5 les montrent ensemble, essayant de se sortir de traumatismes vécus, ou de s'entraider... Si c'est bien ça, les mini-séries sont à lir dans l'ordre. ;-)

Note: je sais, c'est idiot de faire une fiche sur un auteur qu'on n'a presque pas lu, mais j'aimerais avoir des avis, et ça me console un peu... en effet, je n'ai pas la possibilité immédiate de lire ces livres, ce qui me frustre. Donc, je fais une fiche. ;-)

La bibliographie qui suit a été faite à partir du site non officiel "The complete Virginia C. Andrews" (pour les titres originaux), mais aussi de recherches dans la bibliothèque de ma ville et sur le site "L'univers de Virginia C. Andrews" (pour les titres français). Ce dernier site n'a pas été mis à jour depuis longtemps, ce qui est dommage, car toutes les informations qu'il contient sont intéressantes. Quant au site "The complete Virginia C. Andrews", il est plein de renseignements sur Virginia.
Lorsqu'il n'y a que le titre original, c'est que je n'ai pas trouvé le titre français, ou, lorsque c'est un prénom, que le titre est le même en anglais et en français. Si quelqu'un peut m'aider, merci. ^_^
Bien sûr, les tomes des sagas sont classés selon mon ordre de lecture.

Gods of Green Mountain (Ce livre a été écrit par Virginia en 1972, et n'a jamais été publié. Il est disponible, mais uniquement en e-book (pour l'instant), depuis avril 2004.)

Fleurs captives (The Dollanganger-Foxworth children series)
1: Le jardin des ombres (Garden of shadows)
2: Fleurs captives (Flowers in the attic)
3: Pétales au vent (Petals on the wind)
4: Bouquet d'épines (If there be thorns)
5: Les racines du passé (Seeds of yesterday)

Ma douce Audrina (My sweet Audrina)

La saga de Heaven (The Casteel-Tatterton series):
1: Le labyrinthe des songes (Web of dreams)
2: Les enfants des collines (Heaven)
3: L'ange de la nuit (Dark angel)
4: Coeurs maudits (Fallen hearts)
5: Un visage du paradis (Gates of paradise)

Aurore (The Longchamp-Cutler series):
1: Avant l'aurore (The darkest hour)
2: Aurore (Dawn)
3: Les secrets de l'aube (Secrets of the morning)
4: L'enfant du crépuscule (Twilight's child)
5: Les démons de la nuit (Midnight whispers)

La famille Landry (The Landry-Tate series):
1: D'or et de cendre (Tarnished gold)
2: Ruby
3: Perle (Pearl in the mist)
4: D'or et de lumière (All that glitters)
5: Tel un joyau caché (Hidden jewel)

La famille Logan (The Logan series):
1: Olivia, la chanson triste (Olivia)
2: Petite musique de nuit (Music in the night)
3: Melody
4: Le chant du coeur (Heart song)
5: Symphonie inachevée (Unfinished symphony)

Les orphelines (The orphans miniseries):
1: Janet (Butterfly)
2: Crystal
3: Brenda (Brooke)
4: Rebecca (Raven)
5: En fuite (The runaways)

Les fleurs sauvages (The wild flowers miniseries):
1: Mélissa (Misty)
2: Stacey (Star)
3: Jennifer (Jade)
4: Kathy (Cat)
5: Au fond du jardin (Into the garden)

La famille Hudson (The Hudson-Arnold series):
1: Rain
2: Au coeur de l'orage (Lithtening strikes)
3: L'oeil du cyclône (Eye of the storm)
4: Au-delà de l'arc-en-ciel (End of the rainbow)

Les étoiles filantes (The shooting stars miniseries):
1: Cinnamon
2: Ice
3: Rose
4: Honey
5: Pluie d'étoiles (Falling stars)

La famille de Beers (The de Beers series):
1: Au fond des bois (Into the woods)
2: Dark seed
3: Hidden leaves
4: Willow
5: La forêt des maléfices (Wicked forest)
6: Les racines vénéneuses (Twisted roots)

The Gemini series:
1: Celeste
2: Black cat
3: Child of darkness

Broken wings:
1: Broken wings
2: Midnight flight

Séries encore incomplètes:
The april shadows series:
1: April shadows
2: Girl in the shadow

1: Spring storms

Nouvelles écrites par Virginia:
I slept with my uncle on my wedding night (publiée dans on ne sait quel magazine)
Cage of love
The little psychic
(Il semblerait que ces nouvelles soient disponibles sur le net. Voir "The complete Virginia C. Andrews" pour plus d'informations.)

Partage

24607 lectures

mercredi, 18 mai 2005

Serge Brussolo.

Bon, je dois vous parler de mon auteur préféré, quand même. Surtout qu'il y aura bientôt des critiques de certains de ses livres.

Je pense que Serge Brussolo est un très bon auteur. Il représente plusieurs genres à lui tout seul. Il écrit de la science fiction, du fantastique, des thrillers, des romans généraux, des livres pour la jeunesse. Il lui arrive souvent de mélanger les genres dans un seul roman, ce que je trouve très original.

Je connais bien ses thrillers. Ils sont pleins de rebondissements, de suspense, et souvent, la fin remet tout en question. Bien sûr, il y en a quelques-uns qui sont moins bien ("Le livre du grand secret" (qui semble être une pâle copie de "La fille de la nuit"), "Le murmure des loups" (dont la fin ne m'a pas plu), par exemple), mais en général, c'est très surprenant. Ca change des polars insipides des gens comme Merdy Higgins Clark (non, c'est pas une faute de frappe). Parfois, les thrillers de Brussolo sont à la limite du surnaturel, mais en fait, la fin nous montre quelque chose de très réaliste. Sinon, c'est un auteur très sombre et même si ses thrillers se terminent bien, il y a toujours une note de pessimisme. Ses scénario sont parfois fous. D'ailleurs,dans chaque thriller, il y a un personnage dément qui met au point des projets fous, comme par exemple la prison dans "Sécurité absolue", le changement de la ligne de vie dans "La route obscure", l'Amazing diet dans "Le sourire noir", la maison de poupées dans "Les enfants du crépuscule", ou encore le projet insensé impossible à résumer en un bout de phrase de "La main froide". La folie est exploitée à grande échelle. Brussolo explore les recoins obscurs de l'âme humaine. Il peut aussi bien nous planter un décor médiéval, ("Le manoir des sortilèges", "Le château des poisons", "L'armure de vengeance", "Pèlerins des ténèbres", "La captive de l'hiver"), que nous plonger dans des livres où on utilise des ordinateurs ultra perfectionnés et des méthodes dont on ne se douterait même pas qu'elles puissent exister ("La fille de la nuit", "Le sourire noir", "Avis de tempête", "Sécurité absolue"). Il nous emmène aussi dans l'Egypte ancienne où nous côtoyons un pharaon fou dont le labyrinthe est protégé par des pièges comme des tempêtes de sables se déclenchant au moindre pas dans la mauvaise direction ("Le labyrinthe de Pharaon"), un malik vivant dans une ville souterraine ("Les prisonnières de Pharaon") et aussi Anouna la parfumeuse, qui a le meilleur nez d'Egypte (les deux livres sus-cités).

"Le chien de minuit" nous fait découvrir le monde de la rue. Les Conan Lord nous montrent une maladie dont on ne soupçonnerait pas l'existence, (je ne sais toujours pas si elle est réelle ou non), et les enquêtes sont tout aussi pleines de rebondissements. "Les ombres du jardin" et "Le visiteur sans visage" montrent une folie à plus petite échelle que d'autres, mais qui fait tout de même des ravages.

J'aime moins ses romans généraux. Je n'ai pas du tout aimé "Trois, place de Byzance" et "La mais on de l'aigle". J'ai préféré "La moisson d'hiver" et "Hurlemort", mais les fins ne m'ont pas satisfaite.

Je n'ai lu que quatre de ses romans pour la jeunesse, qui se rapprochent plus du fantastique, avec des énigmes intéressantes, et toujours des idées très originales.

Quant aux romans fantastiques, je n'en n'ai pas lu beaucoup, mais le peu que j'ai lus présentent de très bonnes idées: des ombres qui prennent vie ("Le château d'encre"), (je sais, ça fait penser à Peter Schlemihl), des gens dont le métier est de rêver ("Le syndrôme du scaphandrier"), l'impossibilité de communiquer qui a rendu une chose extra-terrestre folle et avide de vengeance ("L'homme aux yeux de napalm"), les hommes-végétaux ("Le carnaval de fer")...

A noter que les prénoms David et Sarah sont récurrents chez Brussolo. De plus, on croise souvent des chats dans ses romans. Parfois, ils ont des rôles importants, et parfois, ils sont juste là comme ça.

Partage

6864 lectures